Bienvenue

“Qui regarde à l’extérieur rêve; qui regarde à l’intérieur s’éveille.”
Carl Gustav Jung

Nous ne pouvons vivre la conscience libérée
tant que nous adhérons à une partie de nous-mêmes qui n’est pas libre.

Demeurons toujours libres dans notre cheminement, dans nos pensées, dans nos croyances, enfin, libres dans nos pratiques et nos choix .

La vérité est à l’intérieur, car à l’extérieur ne règne que la vérité des autres.
Retrouver sa souveraineté personnelle signifie que nous ne permettons à plus personne de voler notre propre pouvoir interne, de nous abuser, que ce soit physiquement, émotionnellement, spirituellement, ou mentalement.
S’éveiller à la souveraineté intérieur, c’est se rendre libre à tous les potentiels.
La souveraineté intérieure est la capacité d’assumer entièrement sa manière d’être, de penser et d’agir en toute liberté.
C’est aussi autoriser sa conscience à ne plus être assiégé par toute les pollutions qui gravitent autour d’elle.

En proclamant à nouveau la souveraineté de votre conscience, vous ne faites pas que retourner là où les choses étaient avant le début de votre voyage. 
Vous créez à la fois une réalité nouvelle et un niveau de conscience nouveau.

Aujourd’hui plus que jamais, la vie nous offre une nouvelle opportunité, celle de renaitre à ce que nous sommes véritablement et à la compréhension du sens de notre existence. 

Elle nous invite à nous dépouiller de nos conditionnements, de nos croyances limitantes et de nos peurs illusoires pour accéder à une conscience plus élevée.

Par divers moyens et par divers situations accablantes, elles nous poussent inlassablement à puiser en nous-même pour que nous puissions faire éclore en nous cette vérité  libératrice.: “les instincts primaires, les pensées et, les visions, les sentiments, les émotions, enfin, tout ce qui constitue le complexe inférieur de la personne.

La transformation se passe en nous, quand nous allons dans un espace au-delà du système de pensée et de croyance habituel  :  là où nous contactons qui nous serions sans ce système de pensée, là où nous sentons, ressentons qui nous sommes sans les pièges du mental ordinaire, sans nos conditionnements et injonctions qui nous asservissent, là où nous comprenons le vrai sens de l’existence.

C’est une démarche de changement dans laquelle nous prenons le risque de nous “auto-responsabiliser”, en remettant en cause nos modes de pensée, nos croyances, nos certitudes et nos comportements au quotidien.

 

 

Comment allez-vous vous sauver ?

 

La souveraineté personnelle est le pouvoir d’un individu à déterminer sa propre direction et son propre destin. Être une nation souveraine signifie avoir le droit et le pouvoir de prendre des décisions et agir dans l’intérêt national, sans être influencée ou contrainte par une autre nation. Être une personne souveraine signifie être capable de choisir ses actions et ses réactions, sans être influencé(e) ou contraint(e) par quelqu’un d’autre. 

Serge « Kahili » King

« Les convictions sont des ennemis de la vérité, plus dangereux que les mensonges. » Nietzsche

« Il devient urgent de passer d’une conscience ego-systémique à une conscience eco-systémique. »

Otto Scharmer

« Ne croyez pas une chose simplement sur des ouï-dire.
Ne croyez pas sur la foi des traditions uniquement parce qu’elles sont en honneur depuis nombre de générations.
Ne croyez pas une chose parce que l’opinion générale la croit vraie ou parce qu’on en parle beaucoup.
Ne croyez pas une chose sur le seul témoignage d’un sage de l’Antiquité.
Ne croyez pas une chose parce que les probabilités sont en sa faveur ou parce que l’habitude vous pousse à la croire vraie.
Ne croyez pas ce qui provient de votre propre imagination en pensant qu’il s’agit de la révélation d’une Puissance supérieure.
Ne croyez rien en vous fondant sur la seule autorité de vos maîtres ou des prêtres.
Ce que vous aurez vous-même éprouvé, ce dont vous aurez fait l’expérience et que vous aurez reconnu pour vrai, ce qui vous sera bénéfique à vous ainsi qu’aux autres, en cela, croyez-y et conformez-y votre conduite. »

Siddhārtha Gautama dit Shakyamuni ou le Bouddha

« Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre pouvoir de choisir notre réponse. Et dans notre réponse se trouve notre croissance et notre liberté. »

Viktor E. Frankl

« Être capable et désireux de prendre la responsabilité de sa vie, c’est ce qui fait la grande dignité de l’aventure humaine. Prendre la responsabilité de sa vie, c’est choisir et décider d’aller de l’avant. Il se peut que la question à se poser soit : Que puis-je réaliser avec ce que j’ai reçu ? Quelle attitude, quelle manière de vivre puis-je adopter pour transformer les obstacles sur ma route en tremplin pour m’élever ? »

Rosette Poletti & Barbara Dobbs « Plénitudes – Merveilleuses pensées pour chaque jour »

« Que diable suis-je venue faire sur cette Terre ? M’accomplir !
Pour ce faire, je vais procéder en deux étapes. Premièrement, me souvenir de qui je suis. Deuxièmement, me manifester dans la matière.
Je me souviens de qui je suis. Tant que je recherche à l’extérieur de moi la sécurité, la protection, la garantie de bonheur et de paix dont j’ai besoin, je vis dans un monde d’illusion et je paye fort cher cette recherche qui ne me satisfait pas. Pour ne plus survivre dans un monde où règne la peur, je choisis de me souvenir de qui je suis, véritablement. Me souvenir de qui je suis, pour retrouver ma vraie nature divine.
Je me manifeste dans la matière. L’esprit ne peut exister que s’il se manifeste concrètement dans la matière. Pour réaliser ma divinité, je me comporte en être divin dans toutes mes pensées, mes paroles, mes actions de la vie quotidienne. C’est ce qu’on appelle spiritualiser la matière. Et c’est de cette façon que je divinise mon corps. Non pas en sortant de mon corps et en m’évadant dans de beaux nuages roses. Non pas en suivant mes peurs. Non, au contraire. C’est en affirmant et en affrontant toutes les peurs qui intoxiquent mes pensées, mes paroles, mes actions. Les unes après les autres, je les identifie, les accueille, les transforme. Je ne leur fais pas la guerre. Non. Je fais la paix avec elle. »

Ghislaine Saint-Pierre Lanctôt « Que diable suis-je venue faire sur cette Terre ? M’accomplir ! »

« On pourrait définir notre liberté intérieure comme notre capacité à conduire notre esprit là où il nous semble important de le conduire avec un travail de libération, d’extraction, de désincarcération de toutes les ruminations, de toutes les préoccupations excessives, de toutes les émotions douloureuses. Cette liberté est un idéal. Et tout ce travail concernant la liberté, c’est une succession d’efforts. Heureusement, ce travail de libération est tout à fait passionnant. »

Christophe André

« Il existe de nombreux obstacles à notre liberté intérieure, comme par exemple l’acrasie qui est l’impuissance à changer. L’acrasie, c’est devoir aller à l’encontre de nos désirs, de nos idéaux. À qui j’ai prêté ou donné la télécommande de ma vie ? Pour lutter contre l’acrasie, il faut peu à peu découvrir en soi un espace de liberté, un espace indemne, un espace ressource, un espace d’apaisement et de discernement. Et pour connecter cet espace, il convient de cultiver la présence à soi-même. »

Alexandre Jollien

« Œuvrer pour une écologie de notre liberté intérieure. Il convient de se trouver ou de se créer des conditions favorables (des lieux inspirants et des personnes inspirantes) pour élargir nos états mentaux intérieurs. »

Matthieu Ricard

« Le premier pas vers sa liberté, c’est écouter sa boussole intérieure. Le véritable amour, c’est s’être débarrassé du regard des autres. »

Christophe André

« Dans les ténèbres qui m’enserrent
Noires comme un puits où l’on se noie
Je rends grâce aux dieux, quels qu’ils soient
Pour mon âme invincible et fière.
Dans de cruelles circonstances
Je n’ai ni gémi ni pleuré
Meurtri par cette existence
Je suis debout, bien que blessé.
En ce lieu de colère et de pleurs
Se profile l’ombre de la Mort
Je ne sais ce que me réserve le sort
Mais je suis et je resterai sans peur.
Aussi étroit soit le chemin
Nombreux les châtiments infâmes
Je suis le maître de mon destin
Je suis le capitaine de mon âme. »

William Ernest Henley « Invictus »

S’émanciper

“La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n’est aux faits eux-mêmes; parce que, pour elle se soumettre, ce serait cesser d’exister.” Henri Poincaré

Qu’adviendrait-il si, au lieu de jouer un rôle ou un personnage, de prendre des poses ou des postures, plutôt que de nous conformer servilement à des modes, normes, protocoles et interdits, établis par d’autres et s’avérant au final arbitraires et aliénants, loin de répéter mécaniquement des paroles toutes faites, de nous couler dans des moules préétablis ou de tenter de ressembler à des modèles conventionnels et stéréotypés, nous décidions d’être enfin nous-même et d’entreprendre le long et fascinant voyage à la rencontre de notre être intérieur, de notre véritable nature, de notre identité oubliée ?

La vie est trop courte pour qu’on nous la dicte.

Pour gagner notre autonomie personnelle, intellectuelle, philosophique et morale, il faut faire le ménage dans nos certitudes, dans nos croyances, dans les dogmes et systèmes de croyances, tant matérialistes que religieux ou prétendument spirituels qui nous ont été inculqués tout au long de notre vie. Il faut comprendre comment ils nous influencent en permanence , comment ils sont à l’origine de nos motivations inconscientes et de nos comportements.

L’idée selon laquelle nous pensons et agissons consciemment est une erreur qui n’est plus à démontrer.

Tout au long de notre existence, nous avons été formatés par nos expériences, par notre éducation, par notre culture, par la société aves ses propagandes, ses politiques, ses médias, ses publicités et par des idéologies religieuses faisant bien souvent parties du bagage familiale.

A travers l’allégorie de la caverne, Platon (424-347 av. J.-C.) mettais en scène la condition humaine, la nôtre, mais également celle de nos ancêtres. Pour lui, nous sommes tous prisonniers d’une caverne.

Cette caverne dans laquelle nous sommes pris au piège, c’est l’illusion.

Platon affirmait, nous vivons tous dans l’illusion. Nous sommes prisonniers de nos jugements, de fausses idées reçues, de croyances…

Et tout ça, ça nous empêche de vivre dans la vérité ; puisque ce que nous croyons savoir est faux, notre rapport avec le réel est donc complètement erroné. 

Pour nous en faire prendre conscience, et pour éclairer les gens de son époque — Platon en a gros sur la patate qu’on ait condamné son maître à mort — alors, il nous montre la médiocrité de notre condition pour que nous puissions nous en délivrer !

  • Qu’avons nous fait depuis ? 
  • Avons-nous réellement avancé vers notre émancipation ?

Votre cerveau … ennemi ou ami ?

Nombreux sont ceux et celles qui, aujourd’hui, ressentent le besoin ou le désir de travailler sur eux et sur leur Esprit.
Que ce soit pour un mieux-être, pour accéder à plus de conscience ou dans une recherche spirituelle.
Cependant, des blocages font souvent barrage à la possibilité d’accéder à plus de sérénité et de liberté.
Le cerveau est une machine très puissante, un cerveau ça se programme , tout comme un ordinateur mais bien souvent pas par vous même.
Le cerveau est un maître de logique .
Il aime ce qui est simple .
Si votre voix intérieur est négative et pense que vous n’avez pas de résultats , votre cerveau va vous montrer uniquement les faits allant dans cette direction .
Il n’aime pas les contradictions .
Libérer son esprit est donc une étape indispensable pour toute évolution afin que vous puissiez reprendre le contrôle de votre destinée.
Vous devez apprendre à l’utiliser à bon escient et à libérer votre esprit des choses qui vous nuisent.
Les animaux vivent totalement dans le présent et profitent pleinement de chaque minute. Nous, les êtres humains, nous avons la capacité de raisonner, de nous souvenir des temps passés, de nous soucier du futur.
En théorie, nous sommes de grands privilégiés, mais cela peut aussi nous jouer des tours et nous empêcher d’être heureux.
On doit donc libérer notre esprit de tout ce qui est superflu.

Se rapprocher de son Être essentiel, c’est se rapprocher du champ des possibles où TOUT peut être créé.