De la métacognition à la défusion cognitive

“Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements relatifs aux choses. “ Epictète

Toute souffrance psychologique prend racine dans le mental et comme le disait Albert Einstein : « Nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes avec la même pensée que nous avons utilisée lorsque nous les avons créés. » .

La structure du mental chez l’humain s’est tellement complexifiée, que nous sommes devenus les esclaves de nos pensées, de notre mental.

Pour preuve, les thérapies corporelles, de pleines conscience ou la méditation remplacent peu à peu les thérapies analytiques. 

Trop peux d’individus, ont réellement connaissance de leurs propres processus cognitifs et bien rare sont les personnes qui remettent en question leurs propres pensées, là est le problème fondamental.

Aussi paradoxal que cela puisse paraitre , on ne croit pas ce que l’on voit, on croit ce que l’on interprète de ce que l’on voit, en fonction de nos opinions, de nos croyances, de notre construction psychique et des stéréotypes que l’on partage.

En résumé, nous ne croyons pas à ce que nous pensons être vrai (ce qui serait logique), mais nous pensons que ce qui est juste est ce que nous croyons être vrai (ce qui est parfaitement irrationnel !).

Le mécanisme ordinaire de la pensée implique donc une adhésion volontaire ou involontaire à ce jeu de sensations, de formes, d’idées, des interprétations car il n’est pas suffisamment conscientisé, ainsi nous fonctionnons dans une sphère de pensés totalement irrationnelle, tout en ayant l’impression inverse, bien entendu.

Donc de façon tout-à-fait contradictoire, mais très cohérente à nos erreurs d’interprétation de nos perceptions, et sans nous en rendre compte, nous ne sommes pas du tout objectifs, pas du tout scientifiques, dans notre approche de la réalité de l’existence.

 Le mécanisme de la pensée passe son temps à nous confirmer ce à quoi nous croyons. 

Robert Oxton Bolt disait “Une croyance n’est pas une idée que l’esprit possède. C’est une idée qui possède l’esprit.”

Quand le mental complexe, dans une démarche d’étude rétroactive découvre par lui même qu’il n’est qu’un processus automatique issu de nos conditionnements, de nos croyances, de nos états internes, de nos mémoires alors il perd tous ses pouvoirs de nuisance et ne peut donc plus impacter négativement notre vie.

Il doit se déconstruire par lui même.

Ainsi, nous modifions progressivement notre rapport au monde, nous regardons les choses telles qu’elles sont et non pas comme nous croyons qu’elles sont. Tout ce qui “est”, est notre seule réalité et ce que nous interprétons n’est qu’une construction mentale artificielle. 

Quand nous réalisons ce travail, un processus de défusion cognitive s’installe et la paix devient le courant sous-jacent de notre existence.

Nous comprenons que le bonheur se trouve uniquement dans la relation que nous entretenons avec l’existence, avec la vie et les lois universelles de l’univers. 

” Il n’est pas nécessaire d’être derrière les barreaux pour être prisonnier.
On peut être prisonnier de ses propres concepts et idées.
On peut être esclave de soi-même. “
Nisargadatta Maharaj

Pourquoi s’engager dans le monde si tout est illusion ?

Publié par Frank Hatem  dans CHRONIQUES, Frank Hatem, HYPERSCIENCE 

Frank Hatem, Docteur en Ontologie (Science de l’Être), est épistémologue, métaphysicien, écrivain, musicien. Il est l’auteur de la première explication rationnelle de l’origine de l’esprit, et de l’origine de l’énergie universelle (magnétique et spirituelle).

Continuer la lecture de « Pourquoi s’engager dans le monde si tout est illusion ? »

Qu’est-ce qu’une question existentielle ?

Existentielle fait référence à tout ce qui attrait à l’existence; qui concerne l’existence en tant que réalité vécue personnellement et concrètement.

Une question existentielle est une interrogation relatant d’un sens de la vie, de l’existence, et une telle question accepte plein de courants philosophiques et de réponses, permettant de se construire une idée qu’en au sens de la vie lui même (qui n’est pas forcément.

Continuer la lecture de « Qu’est-ce qu’une question existentielle ? »

Citations d’Uppaluri Gopala Krishnamurti

Qu’est-ce qui vous empêche d’être dans votre état naturel ? Vous vous éloignez constamment de vous-même. Vous voulez être heureux soit en Permanence soit au moins pour tel instant précis. Vous n’êtes pas satisfait de vos expériences quotidiennes : il vous en faut de nouvelles. Vous voulez vous « perfectionner », vous changer. Vous projetez votre effort vers la réalisation d’un personnage que vous n’êtes pas. Voilà ce qui vous éloigne de vous-même…
Continuer la lecture de « Citations d’Uppaluri Gopala Krishnamurti »

Une conscience non-locale ?

La conscience est-elle produite par le cerveau ou existe-t-elle en soi ?
La question fait débat depuis des millénaires et relève d’un dialogue insoluble entre matérialistes et spiritualistes.
Pour paraphraser Albert Einstein, on pourrait dire que l’on ne peut résoudre le problème avec le mode de pensée du cerveau qui l’a engendré… Néanmoins, des découvertes alimentent ce débat de façon inédite.

Continuer la lecture de « Une conscience non-locale ? »

L’ancrage vu par Gregory Mutombo

Ancrage, enracinement… Bien des théories, des exercices, des pratiques circulent sur le concept de l’ancrage.

Afin d’installer, de renforcer ou de parfaire notre ancrage, il suffirait pour certains de marcher pieds nus dans l’herbe, pour d’autres de visualiser des sortes de racines partant de dessous nos pieds et plongeant dans le sol et, pour quelques autres encore, de pratiquer le jardinage ou bien la pêche en rivière…

Continuer la lecture de « L’ancrage vu par Gregory Mutombo »

error: