Connaissez-vous la vitamine G ? + vidéo « Les bienfaits du bain de forêt »

Non ?

Pourtant, chaque jour vous y avez accès gratuitement.

C’est le nom trouvé par les scientifiques pour désigner les bienfaits du contact avec la nature : « G pour green ».

Tout le monde connait les bienfaits de la vitamine C, de la vitamine A ou de la vitamine D3 que l’on considère aujourd’hui comme une neuro-hormone mais qu’en est il de la vitamine G ?

La vitamine G ou “green vitamin” n’est en fait pas une substance biologique mais cette appellation a le mérite d’attirer notre attention sur les vertus thérapeutiques du monde naturel en lui-même.

La nature a un impact positif sur notre santé et particulièrement comme anti-stress car loin de l’agitation permanente, dans le calme de la nature, l’esprit s’apaise et peut se recentrer sur lui-même.

Longtemps réservée aux amoureux de la nature, la marche semble visiblement aujourd’hui être un moyen de se déconnecter du tumulte urbain et de se reconnecter avec soi-même.

Alors n’hésitez pas à braver le froid et faire une petite cure de vitamine G !

Le faite de faire une activité en extérieur permet d’appréhender la vie de façon plus positive. L’oxygène, le soleil ressourcent notre moral mais aussi notre corps.

Depuis quelques années, un nombre croissant de chercheurs s’intéressent en effet à l’impact de la nature sur notre santé, et plusieurs recherches ont déjà montré comment le contact avec la nature améliore notre santé physique, cette étude révèle même qu’au scanner, la zone du cerveau liée aux pensées négatives est moindre après une promenade.

 Une des études les plus connues avait révélé que les convalescents d’un hôpital bénéficiant d’une chambre avec vue sur un parc se rétablissaient bien plus vite que les autres.

D’autres recherches ont depuis établi bien d’autres impacts positifs de la nature sur notre santé physique : baisse des troubles respiratoires bien sûr, mais aussi de la pression artérielle et du cortisol, l’hormone du stress, ou encore amélioration de l’immunité.

Le bien-être passe par le contact avec la nature qui demeure un « cadeau » aux bienfaits inestimables.

Après deux journées de promenade en forêt, les effets seraient visibles durant un mois. De quoi se mettre à l’abri des microbes pour la rentrée !

Prévenir la déprime

La marche dans la nature est une véritable pratique thérapeutique notamment plébiscitée aux États-Unis et au Japon. Une étude japonaise démontrait qu’une baisse de l’agressivité et de l’état dépressif ainsi qu’une augmentation de la vivacité avaient été constatées sur un groupe de près de 500 personnes ayant marché en forêt pendant 4 heures. Cette étude a révélé que la forêt avait des bienfaits sur les émotions vives, en particulier chez les personnes souffrant de stress chronique.

Les effets anti-déprime du contact avec la nature ont été sérieusement étudiés et pas que par les japonnais mais aussi par l’université Stanford aux États-Unis. Il ressort de cette étude publiée dans la revue PNAS que les promenades dans la nature font du bien à notre cerveau, nous rendent plus positifs et moins sujets aux ruminations, un facteur de risque important de la dépression, préservant ainsi notre santé mentale. Le résultat est visible dès la première promenade de 90 minutes. Une vingtaine de volontaires ont effectué une balade dans la campagne tandis qu’un autre groupe se promenait, durant le même laps de temps, dans un environnement urbain.

Des questionnaires d’humeur avant et après la promenade ont été distribués aux participants ainsi que des scanners cérébraux. Résultat : une amélioration légère mais significative des indicateurs de santé mentale après seulement 90 minutes de marche dans la nature, moins de ruminations et une activité cérébrale moindre dans la zone du cerveau liée à ces pensées négatives. Ces premiers résultats observables sur le cerveau valident ce que les sagesses traditionnelles prônent depuis longtemps : être en contact avec la nature et la contempler est le meilleur passeport contre la morosité !

Des enfants plus concentrés

Au fil des études, l’impact de la nature et des espaces verts sur notre santé mentale et nos émotions se confirme également, validant les intuitions et le bon sens populaire qui préconisent de prendre l’air pour « se changer les idées », ce qui pourrait bien nous rendre plus attentifs et performants en retour. Des scientifiques espagnols ont ainsi tout récemment montré l’impact positif des espaces verts sur la mémoire et l’attention des enfants. Le développement cognitif de plus de 2 500 enfants âgés de 6 à 10 ans a ainsi été observé à Barcelone en prenant en compte leur exposition à des espaces verts (à l’école ou près de leur domicile). Il en ressort une légère augmentation de la mémoire de travail et de l’attention des écoliers régulièrement en contact avec la nature.

De précédentes études avaient également souligné le bénéfice des espaces verts sur les enfants souffrant d’hyperactivité ou de trouble déficit de l’attention (TDAH) : une marche de 20 minutes dans un parc améliore la concentration de ces enfants – avec des effets comparables aux médicaments – contrairement à une marche en ville. De même, jouer régulièrement dans des environnements verts (gazon, arbres…) entraînerait des troubles moins sévères pour ces enfants comparés à ceux qui jouent à l’intérieur ou dans des environnements bétonnés. Et à la clé une meilleure concentration et un contrôle des impulsions.

Plus productifs et créatifs

Des bénéfices qui pourraient intéresser de près les entreprises. L’université de Melbourne en Australie vient en effet de montrer que la simple contemplation de la nature augmente la concentration et donc la productivité au travail ! Après avoir fait visionner à 150 étudiants des images d’environnement naturel (versus des images urbaines), les scientifiques ont remarqué une augmentation significative des performances des étudiants ayant bénéficié de pauses vertes, ne serait-ce que pendant quelques secondes. Simple, gratuit et efficace. De précédentes études avaient également montré que la présence de plantes au bureau était significativement corrélée à la productivité et à la réduction des arrêts de travail ou encore qu’avoir une fenêtre donnant sur la verdure diminuait le stress des employés.

Outre la productivité ou la réduction du stress, le contact avec la nature réveillerait également notre créativité. À tel point qu’une immersion en pleine nature durant quatre jours pourrait augmenter de 50 % celle-ci d’après des psychologues de l’université du Kansas aux États Unis, qui ont mené l’expérience auprès d’une trentaine de volontaires invités pour l’occasion à une randonnée dans les grands parcs américains.

Elle stimule le système immunitaire

Le cerveau n’est pas le seul à être stimulé lors des ballades en nature mais bien l’organisme entier. La marche au grand air renforce le système immunitaire. Selon une autre étude japonaise, les phytoncides, des molécules sécrétées dans l’air par les arbres et les forêts, ont pour effet  de faire baisser la pression sanguine lorsqu’on les inhale. Alors, n’oubliez pas de respirer à plein poumons !

D’autres études tendent à démontrer, malgré la difficulté d’une méthodologie appropriée, qu’une marche en forêt pouvait diminuer l’apparition de troubles respiratoires et pouvait renforcer l’immunité générale.

Par exemple, le taux de cortisol salivaire qui constitue un marqueur d’un état de stress était à un niveau moindre à l’issue d’une balade en zone boisée. Il en serait de même pour la pratique sportive, la présence d’espaces naturels s’avère plus efficace pour la prévention de différents troubles cardiovasculaires que des activités en salle (rameur, vélos d’appartement…)

Elle permet de brûler des calories

Ce n’est pas une grande nouvelle, la marche est une activité physique bienfaitrice pour notre santé. Au quotidien, il est recommandé de marcher au moins 30 minutes par jour, alors pourquoi ne pas le faire à l’orée du bois, dans les champs ou la forêt ? Une marche en forêt de 60 minutes permet de brûler 300 à 500 calories selon son intensité. La marche dans la nature aide à prévenir les maladies cardiovasculaires et respiratoires.

Elle stimule nos capacités cognitives

Bloqué sur un projet, en manque de créativité, des difficultés à se concentrer ? La marche en pleine nature permet d’agir sur ce type de blocage. Les psychologues de l’Université de l’Utah et de l’Université du Kansas ont mesuré l’impact de la nature sur la créativité à partir du test Remote Associates Test (RAT) qui mesure le potentiel créatif. L’étude portait sur 56 personnes ayant effectué des randonnées pédestres de quatre à six jours. 24 personnes ont répondu au test avant d’entamer leur randonnée et les 32 autres ont répondu au test le matin du 4ème jour de leur expédition. Les résultats sont étonnants, avec seulement 4 jours d’immersion dans la nature et de déconnection technologique, la performance au test était améliorée de 50%.

Voltaire disait déjà que ” l’art de la médecine consiste à distraire le malade pendant que la nature le guérit“. Bien sûr, nous avons tous ressenti , un jour ou l’autre, que le soleil, une promenade en forêt ou même la simple contemplation des arbres présents dans un square en plein centre-ville pouvaient avoir un effet bénéfique sur notre humeur, nos émotions et sur la qualité de nos pensées.

Comment en sommes-nous arrivé à oublier à quel point, la simple présence de la nature pouvait avoir des conséquences favorables sur notre santé à la fois physique et mentale ?