Des champignons magiques pour “réinitialiser“ le cerveau des patients déprimés

La psilocybine, le composé psychoactif qui se trouve naturellement dans les champignons hallucinogènes, a été utilisée dans le cadre d’un essai clinique sur des patients atteints de dépression sévère. Ce composé serait capable d’agir durablement sur les circuits cérébraux mais les chercheurs déconseillent fortement l’automédication.

Le terme “champignons hallucinogènes” est le nom communément donné aux champignons psychotropes, contenant des composés hallucinogènes tels que la psilocybine et la psilocine. À faibles doses, ils ont comme effet principal une altération des perceptions, de la pensée ou de l’humeur. C’est pourquoi des chercheurs de l’Imperial College de Londres ont testé les effets de l’un de ces principes actifs, la psilocybine, sur un groupe de 20 patients souffrant de dépression et pour qui le traitement conventionnel avait échoué.

Dans un article publié dans la revue Scientific Reports, ils décrivent des bénéfices jusqu’à cinq semaines après le traitement. La comparaison des images des cerveaux des patients avant et après le traitement a en effet montré des changements dans leur activité cérébrale, associés à des réductions durables des symptômes dépressifs. Les chercheurs indiquent ainsi que le composé psychédélique aurait la capacité de “réinitialiser” l’activité des circuits cérébraux connus pour jouer un rôle dans la dépression.

“La psilocybine peut donner un coup de pouce temporaire pour sortir d’un état dépressif et ces résultats d’imagerie sont en faveur d’une sensation de “réinitialisation”. Des effets cérébraux similaires sont observés avec l’électroconvulsivothérapie”, explique le Dr Robin Carhart-Harris qui a dirigé l’étude. Au cours de ces dernières années, un certain nombre d’essais cliniques sont menés sur l’innocuité et l’efficacité de certaines drogues psychédéliques pour traiter des patients souffrant de dépression et/ou de toxicomanie.

Etudier les effets thérapeutiques de certaines drogues

Une autre équipe de chercheurs de l’Imperial College de Londres souhaite par exemple mener des essais cliniques pour observer les effets de microdoses de LSD sur le cerveau, afin de savoir si son usage peut être détourné pour faire office de traitement pour la santé mentale. Dans le cadre de l’essai clinique sur la psilocybine, les 20 patients en ont reçu deux doses (10 mg et 25 mg), la deuxième dose une semaine après la première, avant de repasser un scanner cérébral.

Immédiatement après le traitement, les patients ont rapporté une diminution des symptômes dépressifs, caractérisés par des améliorations de l’humeur et le soulagement du stress. Le scanner a révélé une réduction du flux sanguin dans plusieurs zones du cerveau y compris l’amygdale, petite région du cerveau connue pour être impliquée dans le traitement des réactions émotionnelles, du stress et de la peur.

Ils ont également trouvé une stabilité accrue dans un autre réseau cérébral, précédemment lié aux effets immédiats de la psilocybine ainsi qu’à la dépression en elle-même. Mais ces résultats sont limités en raison de la petite taille de l’échantillon et de l’absence d’un groupe témoin. C’est pourquoi les chercheurs avertissent que ces résultats initiaux sont encourageants mais que la recherche n’en est qu’à ses débuts.

Ne pas négliger les risques de la psilocybine

Les personnes souffrant de dépression ne doivent pas tenter d’automédication car l’équipe scientifique a fourni un contexte thérapeutique particulier pour cette expérience. “Les choses peuvent aller mal si les effets psychologiques du traitement sont négligés”, concluent-ils. Sur le sujet des champignons hallucinogènes, le site Drogues Info Services souligne que “les rares accidents mortels rapportés sont plutôt liés à l’état de confusion mentale des victimes au moment de leur survenue.”

Les chercheurs ajoutent que les prochains travaux consisteront notamment à tester la psilocybine contre un antidépresseur dans un essai qui devrait commencer au début de l’année prochaine. Selon l’Assurance maladie, la dépression est une maladie psychique fréquente qui par ses troubles de l’humeur, perturbe fortement la vie quotidienne. En ce qui concerne son traitement, une psychothérapie et un traitement médicamenteux sont adaptés à chaque individu selon les caractéristiques de sa maladie.

Sources: Alexandra Bresson pour https://www.santemagazine.fr/