Le désir de l’absolu

Extrait de « Le sens des choses » de Francis Lucille

Vous avez dit un jour qu’il n’est rien que je puisse faire pour me débarrasser de cet ego qui me colle à la peau et auquel je suis si dévoué.

Il n’est rien que la personne, cette entité fragmentaire que vous croyez être, puisse faire.

Cela implique-t-il que toute pratique spirituelle est inutile tant que je crois cela ?

Exactement. Une pratique émanant de la notion d’être une personne physique ou psychique ne peut être qualifiée de spirituelle. C’est un processus acquisitif qui vous éloigne du réel. Ce que vous êtes réellement ne peut être acquis car vous l’êtes déjà. L’ego est impermanent. C’est une pensée répétitive associée à des émotions, des sensations corporelles et des réactions. Quand vous êtes ému par la beauté d’une pièce de musique, par la splendeur d’un coucher de soleil ou par la délicatesse d’un geste d’amour, l’ego vous quitte. Dans cet instant vous êtes ouvert et comblé. Par contre, même si vous améliorez votre ego par la pratique de telle ou telle discipline, à la manière d’un collectioneur qui augmente sans cesse la valeur de sa collection par de nouvelles acquisitions sublimes et, ce faisant, s’attache de plus en plus à elle, vous demeurez en fin de compte dans l’isolement et l’insatisfaction.

Cette disparition de l’ego est elle graduelle ou subite?

Vous savez déjà qui vous êtes. Même celui chez qui l’intérêt pour la réalité profonde des choses n’est pas encore éveillé connait des moments de bonheur. Durant ces moments l’ego n’est pas présent. Ils émanent de notre être réel qui est la joie même. Chacun reconnait la joie directement. Ce par quoi le soi connait le soi est le soi lui-même. Seul l’être a accès à l’être, la joie à la joie, l´éternité à l’éternité. Le concept erroné selon lequel cet être, cette joie et cette éternité ne sont pas présents nous exile du jardin d’Eden et nous précipite dans une recherche effrénée. La résorption de l’ego dans l’être, résorption qui apparait du point de vue temporel comme un lâcher-prise suivi d’une illumination subite, met fin à cette recherche et à cette frénésie.

Qu’est ce qui provoque cette résorption ?

Il n’y a pas de réponse à cette question sur le plan où elle est posée, car l’effet est déjà dans la cause, et la cause est encore dans l’effet. Certaines rencontres apparemment fortuites, telles celle entre le magicien du conte et le mendiant auquel il apprend qu’il est fils de roi, peuvent nous informer sur notre identité véritable. A l’annonce de cette bonne nouvelle, de cet évangile au sens propre du mot, un instinct profond s’ébranle au tréfonds de notre être et nous met sur la piste qui mène à l’ultime. Cet ébranlement correspond déjà à une re-connaissance voilée de notre être réel et la promesse de joie sereine qui l’accompagne canalise le désir dans une direction inconnue. Cette re-connaissance, ne se référant pas à une réalité objective et temporelle, ne se situe pas au niveau de la mémoire et du temps. Cette grâce ne peut donc être oubliée; elle nous sollicite de plus en plus souvent, et chaque nouvelle re-connaissance augmente notre désir du divin. Tel le promeneur égaré dans la nuit hivernale qui, décelant au rougeoiement apparu à la fenêtre d’une auberge la présence d’un feu, pousse la porte et se réchauffe quelques instants auprès de l’âtre, nous entrons dans le sanctuaire et nous reposons un moment dans la chaleur de la lumière sacrée avant de repartir dans la nuit. Enfin, dès que notre désir de l’absolu dépasse en intensité notre peur de la mort, nous offrons au feu sacrificiel de la conscience infinie le faux-semblant d’une existence personnelle. Rien ne s’oppose plus désormais à l’éveil qui déploie progressivement sa splendeur sur tous les plans de l’existence phénoménale, révélant au fur et à mesure leur réalité intemporelle sous-jacente, tel le regard de Shams de Tabriz qui « ne s’est jamais posé sur une chose éphémère sans la rendre éternelle« .