Le Taita Cofàn (chamane amazonien)

Le Taita (que l’on pourrait appeler shaman, médecin ou guérisseur) est l’intermédiaire entre le monde surnaturel et la communauté. Il est un personnage important et respecté pouvant également avoir un rôle politique.

Devenir Taita yagecero est réalisé grâce au yagé lui-même car celui-ci est la source de connaissance par excellence chez les Cofán. On apprend en buvant le yagé. C’est un processus particulièrement difficile : il implique des sacrifices, de passer par les pires états tels que la douleur, la peur, l’humiliation. Il exige également de s’isoler pendant un certain temps, de s’éloigner de la ville, des femmes, de faire attention à son alimentation…

D’après Taita Gonzalo Criollo de la communauté Cofán-Dureno, si l’apprentissage est fait avec engagement, au bout d’un an, le Taita “ parrain” demande à l’apprenant de commencer à guérir. Mais l’apprentissage du yagé n’a pas de limite et les Taitas les plus puissants prennent du yagé depuis des décennies. Par exemple, la plus haute autorité Cofán, le Taita Mayor Querubin Queta a 104 ans et on sait que les enfants peuvent commencer à prendre le yagé à partir de 8 ans.

Dans la cosmogonie Cofán, les maladies sont causées par des esprits malveillants. Ainsi, lors des cérémonies de yagé, le Taita éloigne ces esprits, guérissant ainsi le patient. Le pouvoir d’un Taita peut se définir par sa capacité à éloigner des esprits puissants et donc de guérir des maladies plus graves. Par ailleurs, chaque Taita a des connaissances différentes (des plantes, de la spiritualité, …). Les plus puissants d’entre eux sont extrêmement respectés et on trouve des représentations de ces derniers dans les maisons ou peints dans les espaces publiques.

Tenue et accessoires du Taita

Les Taitas Cofán portent une tunique spécifique, de couleur bleue, la cusma. À celle-ci s’ajoutent des colliers, des bracelets et un pectoral dont la fonction est de protéger des mauvais esprits.

Les colliers sont faits de perles, de graines, de chonta (bois) et également de crocs de jaguar car, selon la légende, lorsque Dieu appela les Cofán pour protéger la forêt, ceux-ci sortirent de la jungle avec des colliers de crocs de tigre (le mot tigre étant utilisé pour parler du jaguar), des couronnes de plumes de guacamayo, le visage peint et le corps couvert de plantes odorantes. Ainsi, on verra parfois les Taitas avec une couronne de plumes de guacamayo, le visage décoré de lignes rouges et avec des branches de plantes médicinales accrochées aux bras.

Le pectoral de perles des Taitas Cofán représente un tigre , animal qui, tout comme le guacamayo et le boa, a une grande importance dans la culture Cofán et fut, selon la légende, créé par le Dieu Chiga en métamorphosant un homme. On peut par ailleurs entendre qu’à sa mort, un Taita se transforme en tigre ou en boa et continue de vivre sous cette forme.