Le venin de grenouille, traitement d’avenir

Araignées, serpents, abeilles, scorpions, grenouilles… Malgré les apparences, ces animaux ont un point commun : leur venin intéresse la science. Des chercheurs de l’Université d’Ulster ont découvert de nouvelles propriétés fort intéressantes dans le venin de plusieurs amphibiens de la forêt tropicale humide.

L’équipe de Chris Shaw a isolé différents peptides -des chaînes d’acides aminés plus petites que la protéine- à partir de ces sécrétions de grenouilles.
Ces peptides permettraient de faire chuter la pression sanguine, d’éviter la thrombose veineuse en prévenant la formation d’un caillot, et offrirait une nouvelle arme contre les bactéries résistantes.
Les peptides d’une autre espèce d’amphibien se comporteraient de la même façon que des molécules de l’organisme humain qui, par leur rôle de messagers, stimulent ou inhibent la croissance de tumeurs cancéreuses.

Le Pr. Shaw est donc persuadé qu’une batterie de nouveaux traitements peut sortir de l’ombre de la forêt tropicale.


La Bio médecine est une discipline scientifique médicale mettant en cause des principes biologiques pour la pratique clinique, et cette branche a le vent en poupe au Costa Rica, dont la richesse de la biodiversité offre des opportunités pour le secteur de la santé.

Les Amphibiens, en particulier les espèces endémiques menacées des Andes, suscitent l’intérêt des experts, cela veut dire protéger pour espérer effectuer de la recherche qui peut conduire au développement de produits biologiques.

Les Grenouilles et les crapauds sont un univers inépuisable de connaissances : « on dit généralement que les grenouilles sont des pharmacies mobiles, ils disposent de nombreuses ressources chimiques d’intérêt biomédical », par exemple certaines sécrétions des crapauds sont cent fois plus puissant que la morphine, sans effets secondaires, mais en raison de sa puissance, son application ne peut pas encore bénéficier aux humains.

Pratiques non validés par la communauté médicale, qui également n’exclut pas d’éventuels risques pour la santé, ils sont déjà utilisés en Amérique du Sud par des communautés autochtones. Traditionnellement, les Katukinas, les Kaxinawás et les Asháninka, parmi d’autres groupes indigènes du Brésil, utilisent les sécrétions des Kambos lors des rituels pour stimuler le système immunitaire.

Certains chamans utilisent la substance hautement toxique de la Phyllomedusa bicolor, aussi appelée grenouille kambó, pour se protéger des prédateurs. Trouvé principalement au Brésil, cet amphibien avec d’un vert vif vit dans la forêt tropicale et se retrouve en Bolivie, Guyana, Pérou, Venezuela, Costa rica et la Colombie.

L’Institut Butantan a mis en garde contre les risques du vaccin-crapaud, technique indigène qui promet de fournir de la force, de l’endurance et même de guérir diverses maladies, dont le cancer et la dépression.

Le kambo n’est pas une substance psychoactive, il a une profonde capacité à travailler dans le monde spirituel, mais aussi le physique.

Les relations toxiques, des situations malsaines – tombent souvent après avoir pris ce vaccin.

Il y a aussi les effets de nettoyage profonds pour le corps physique.

Ce très puissant venin sécrété par la grenouille aurait des vertus désintoxiquantes, nettoyantes, de purification et de stimulation du système immunitaire. Cette pratique utilisée par les Indiens d’Amazonie pour une longue période, pour traiter diverses affections, qui affecte principalement le système immunitaire. N’a pas de limites médicinales pour guérir beaucoup de maladies, mais la sueur de cette grenouille verte fluorescente à également la vertu d’élever le niveau d’énergie, tout en nettoyant profondément le corps physique et corps astral. Le Kambo serait aussi efficace pour combattre les ’addictions. Non seulement le Kambo significativement nettoie le corps, mais il nettoie également les toxines et les métaux lourds du corps. Les réactions les plus courantes sont une gêne, des nausées et de vomissements.

Le Kambo nettoie le foie, le sang, le système lymphatique, les reins et plus encore.

les Gens sont libérés de la toxicomanie, dépression, apathie, douleurs, allergies, troubles hormonaux, troubles nerveux, déficits immunitaires, cancer, relations malsaines et abusives, troubles digestifs et beaucoup plus avec le Kambo.

Un des effets les plus puissants du kambo et autres médecines autochtones est qu’ils nous aident à renouer avec notre vraie nature.


Lorsque le soir tombe sur la forêt tropicale, une grenouille géante vert émeraude fait son apparition dans la canope qui surplombe l’Amazone. Cet amphibien d’environ 10 centimètres d’envergure est extrêmement toxique, à un tel point que même les serpents le recrachent en quelques secondes. Protégé contre les prédateurs, la phyllomedusa bicolor mène une vie insouciante dans les sous-bois, sauf si un indigène de la tribu des katukina parvient à l’attraper. Commence alors une procédure qui ne doit pas lui être très agréable: les indigènes l’écartèlent entre quatre piquets positionnés en croix et chatouillent ses orteils. Avec un bâton, le chamane gratte le dos de l’animal et lui dérobe son secret mortel. La grenouille sera ensuite relâchée dans la forêt pour se remettre de cette aventure. Pour les katukina et les autres tribus du bassin de l’Amazone, cette grenouille géante arboricole est une véritable pharmacie sur pattes. Cette espèce se rencontre en Guyane, au Suriname, au Guyana, au Venezuela, en Colombie, au Pérou, en Bolivie et au Brésil, du niveau de la mer jusqu’à 800 m d’altitude dans le bassin de l’Amazone.

Le kombo, comme se nomme sa sécrétion, est considéré là-bas comme la panacée contre la malaria, la fièvre jaune ou les morsures de serpent. Les chasseurs utilisent le kombo comme booster de condition physique et de perception avant de partir chasser à l’affût, les femmes l’utilisent pour améliorer la fécondité. L’amphibien est aussi en vogue dans le milieu ésotérique et les médecines douces. Le poison est utilisé en Occident contre les migraines, les allergies et pour lutter contre la dépression. Sur internet circule des articles sur les bienfaits de cette nouvelle médecine, depuis la guérison de troubles intestinaux jusqu’à l’arrêt du tabagisme. À en croire certains récits, le kombo permettrait de combattre les maladies incurables comme le cancer, la maladie d’Alzheimer, le diabète. Cela reste à prouver sous contrôle médicale.

Les méthodes d’application de la substance sont diverses. La méthode traditionnelle des Amérindiens consiste à appliquer le poison sur des plaies provoquées par des brûlures volontaires sur les mollets, le dos ou les bras. L’effet est immédiat: les composants atteignent le système sanguin et le système lymphatique en quelques secondes. Des bouffées de chaleur et de frissons parcourent le corps, le rythme cardiaque s’accélère, les oreilles bourdonnent. Le poison déclenche une réaction immunitaire aiguë, souvent suivie de diarrhées, de vomissements et de gonflements de la gorge et du visage. Les effets durent environ un quart d’heure, suivis d’une heure de détente. Les biologistes cherchent encore à comprendre comment cette substance chimique produit ces effets. Une douzaine d’acides aminés, ou peptides, ont été identifiés par les chercheurs. Certains comme l’adénoreguline, jouent un rôle dans la dépression, la maladie d’Alzheimer ou les accidents vasculaires cérébraux. D’autres sont considérés comme parmi les plus puissants antibiotiques naturels. Le secret de ces grenouilles est un mélange de composé très efficace mais dont les effets sont imprévisibles.