Ramesh S Balsekar

Ramesh S Balsekar nous propose :

Laisser la vie être

Un Socrate moderne nous parle :

Ici, pas d’intellectualisme spirituel ni de dévotion béate et infantile, mais un texte vivant et stimulant, qui transcende l’esprit religieux. Ce livre est l’expression d’un vécu profond, d’une expérience de vie centrée autour de cette question cruciale : qui suis-je ? Ramesh S. Balsekar démontre dans ces entretiens socratiques modernes qu’il est sans conteste l’un des grands représentants actuels d’une sagesse vivante. Ramesh S. Baleskar, ancien directeur d’une grande banque indienne, Ramesh S. Balsekar fut le disciple d’un célèbre maître spirituel de Bombay, Nisargadatta Maharaj, qui vivait dans le dénuement. Il est l’auteur de deux livres au Relié : Les Orients de l’être et L’Appel de l’être.

Né en 1917 d’une famille de petits propriétaires terriens, Ramesh S Balsekar vit le jour à Bombay. Son intérêt pour le domaine spirituel fut éveillé très jeune. Excellent élève, il fut envoyé en Angleterre pour faires des études d’économie, à son retour, il est débute à la Banque de l’Inde. Il finira au poste le plus élevé de directeur général. Il prit sa retraite à soixante ans et devint le disciple du célèbre maître spirituel de Bombay, Nisargadatta Maharaj. Ce texte dépasse tous les concepts de la religion et de la spiritualité avec aisance en restant simple et accessible.
Je n’ai fait que retranscrire dans le style des Haïkus, qui est une forme poétique très codifiée d’origine Japonaise en 17 syllabes en trois segments, attribuée au poète Basho Matsuo. Ce poème vise à dire l’évanescence des choses à traduire une sensation, c’est une sorte d’instantané qui tente de figer l’instant présent.
Le haïku incite à la réflexion, on peut le lire deux fois afin d’en saisir le sens.
En écrivant ces haïkus, je n’ai pas pu toujours respecté les règles de base du haïku, mais qui s’en soucie ?
Tout ce que j’ai pu lire dans ce livre qui allie l’Orient et l’Occident, le spirituel et le matériel, me donnait la douce impression de découvrir un nouveau monde, ligne après ligne, j’étais émerveillé.
Ce petit livre n’a aucune prétention, je n’en suis pas l’auteur, car je n’ai fait que découper ce que Ramesh S Balsekar avait écrit. Ce n’est qu’un regard neutre et sans jugement porté sur l’enseignement contenu dans cet ouvrage de Balsekar « Laisser la vie être ».
Comme il le rappelait souvent dans ses entretiens, il est important de se souvenir qu’il ne s’agit la que de concepts, en tant que tels, ils sont limités et sont matières à discussion.
Les haïkus, comme des fléchettes acérées visent des cibles qu’ils vont atteindre ou pas, cela n’a aucune importance.
Ils reflètent comme un miroir l’essence de l’enseignement du maître, qu’il nous a légué dans son livre.
Je ne suis pas un instructeur, je ne suis qu’un simple disciple qui tente lui-même de réaliser sa propre expérience de l’être, comme nous tous dans cette vie de tous les jours.
Finalement je sais que je ne sais rien.

Un de ses disciple :