Jiddu Krishnamurti

Jiddu Krishnamurti  nous propose :

Se Libérer du connu

“En essayant de vous conformer à l’idéologie, vous vous oblitéreriez vous-mêmes tandis que ce qu’il a de vrai n’est pas l’idéologie, la vérité est ce que vous êtes.” Jiddu

Jiddu Krishnamurti (1895-1986) naquit en Inde et fut pris en charge à l’âge de treize ans par la Société théosophique, qui voyait en lui « l’Instructeur du monde » dont elle avait proclamé la venue. Très vite Krishnamurti apparut comme un

penseur de grande envergure, intransigeant et inclassable, dont les causeries et les écrits ne relevaient d’aucune religion spécifique, n’appartenaient ni à l’Orient ni à l’Occident, mais s’adressaient au monde entier. Répudiant avec fermeté cette image messianique, il prononça à grand fracas en 1929 la dissolution de la vaste organisation nantie qui s’était constituée autour de sa personne ; il déclara alors que la vérité était « un pays sans chemin », dont l’accès ne passait par aucune religion, aucune philosophie ni aucune secte établie.

Tout le reste de sa vie, Krishnamurti rejeta obstinément le statut de gourou que certains voulaient lui faire endosser. Il ne cessa d’attirer un large public dans le monde entier, mais sans revendiquer la moindre autorité ni accepter aucun disciple, s’adressant toujours à ses auditeurs de personne à personne. A la base de son enseignement était la conviction que les mutations fondamentales de la société ne peuvent aboutir qu’au prix d’une transformation de la conscience individuelle. L’accent était mis sans relâche sur la nécessité de la connaissance de soi, et sur la compréhension des influences limitatives et séparatrices du conditionnement religieux et nationaliste. Krishnamurti insista toujours sur l’impérative nécessité de cette ouverture, de ce « vaste espace dans le cerveau où est une énergie inimaginable ». C’était là semble-t-il, la source de sa propre créativité, et aussi la clé de son impact charismatique sur un public des plus variés.

***********************************************************

Dans la multitude de ses enseignements, je vous propose de découvrir le traité de la seule révolution qui vaille : La libération intérieure. 

***********************************************************

Les limites de la pensée

À propos

Lorsqu’un grand maître spirituel exigeant mais étranger à tout dogmatisme – Krishnamurti – et un éminent physicien, spécialisé dans la recherche fondamentale – David Bohm – se retrouvent face à face, on pourrait s’attendre à un dialogue de sourds, ou à une rude confrontation, tant leurs univers semblent s’opposer.
Pourtant, ces deux personnages hors du commun, qui étaient aussi deux amis, ont su aborder les questions fondamentales de l’existence avec une grande perspicacité, des qualités pédagogiques certaines, et un souci de vérité, de précision dans l’argumentation qui font des Limites de la pensée un ouvrage essentiel pour tous ceux qui s’intéressent à l’exploration de ces zones mystérieuses au carrefour de la métaphysique et de la physique, de la morale et de la politique, de la philosophie et de la linguistique, de la religion et de la science.
A aucun moment les auteurs n’assènent au lecteur leur propre vérité. Il s’agit ici d’un cheminement patient où les deux interlocuteurs s’accompagnent l’un l’autre le long des parcours sinueux de la pensée et de la perception ; c’est aussi une invitation à remettre en question le poids des traditions, et notre quête d’un absolu que nous cherchons trop souvent là où il n’est pas.
Jiddu Krishnamurti (1895-1986) est un penseur très à part dans l’histoire des mouvements spirituels. A l’écart des normes, des conventions, des traditions, des doctrines, des églises, il a toujours obstinément récusé toute position d’autorité, veillant à ce qu’aucun groupe, aucune institution ne se charge jamais d’interpréter ou de transmettre son message.
(Ray McCoy a sélectionné les extraits figurant dans le présent ouvrage.)

***********************************************************

L’homme en cage, prisonnier des dogmatismes et des conformismes de pensée, est une ombre illusoire.
De l’exigence spirituelle présente de façon plus ou moins confuse dans chaque être humain, jusqu’à cette authentique libération, nous sommes conviés ici à parcourir toutes les étapes : se connaître soi-même, surmonter la peur, découvrir peu à peu le silence et la plénitude.
Réalisé à partir des conférences du grand philosophe indien, ce livre constitue une initiation accessible et brève à une philosophie dont la renommée et l’influence, au fil des générations, n’ont fait que grandir.

Voici la plus radicale et la plus salutaire entreprise de déconditionnement de l’esprit qu’on ait peut-être jamais tentée.
Chacun de nous doit prendre conscience qu’il est, a son insu, prisonnier de tout un réseau de dogmatismes et de conventions.

SE LIBÉRER DU CONNU c’est entreprendre la seule révolution qui vaille: sa libération
intérieure.
Déciller les yeux de l’esprit, ne plus accepter une chose comme vraie ou bonne parce qu’elle fait partie d’un système hérité aveuglément, voila a quoi nous convie Jiddu Krishnamurti.

Si l’on y parvient, toute vanité, toute intolérance disparaissent. L’homme alors se réalise pleinement, il devient meilleur, lucide, libre. Il est adulte.
SE LIBÉRER DU CONNU est un livre essentiel où chaque mot, chaque phrase comptent et qui donne à penser à un niveau plus vaste, plus ouvert, plus généreux, plus vrai.

“Me voici, être humain violent, blanc, noir, brun ou rouge, et il ne m’intéresse pas de savoir si j’ai hérité de cette violence ou si la société l’a engendré en moi : ce qu’il m’importe de savoir, c’est si je peux m’en libérer.” Jiddu Krishnamurti
Extrait: Se Libérer du connu (1970) de Jiddu Krishnamurti

*****************************************************

 

Pour le philosophe d’origine indienne et promoteur d’une éducation alternative, Jiddu Krishnamurti, « la méditation est un des arts majeurs de l’être humain ». Il était entre autres l’ami d’Indira Gandhi, d’Aldous Huxley, du biologiste Rupert Sheldrake ou encore du physicien David Bohm. Avec eux, il partageait les approches transdisciplinaires et globales de la vie.

Krishnamurti ajoutait à propos de la méditation : « elle n’a aucune voie, aucun système, aucune méthode ; elle ne vous abstrait pas de la vie, de ses joies, de ses souffrances, de ses désespoirs, elle n’est pas une fuite, une évasion dans quelque monde mystique, irréel, romanesque, de votre imagination ».

Il ajoute : « Considérez les diverses pratiques et systèmes de méditation, et remettez-les en question. Il est bon de douter, d’être septique jusqu’à un certain point. (…) Je vous prie d’examiner ce qu’est la méditation et non pas comment la faire, pour commencer… car si vous vous demandez comment dois-je méditer vous trouverez le système qui vous convient, le comment impliquant la méthode. Tandis que, si vous vous posez la question de la raison pourquoi méditer, alors vous commencez déjà à méditer… C’est un problème complexe qu’il faut aborder avec subtilité et très lentement. (…) »

« La méditation n’est pas un acte volontaire, la méditation est tout un mouvement de recherche au sein du problème global de la vie. Il n’a pas de technique, donc pas d’autorité. Lorsque vous apprenez à vous connaître, observez-vous, observez la façon dont vous marchez, dont vous mangez, ce que vous dites, les commérages, la haine, la jalousie. Être conscient de tout cela en vous, sans option, fait partie de la méditation. »

LA RESPONSABILITÉ DU MÉDITANT

En quelques mots, tous est dit. Il est bien difficile de faire un article pour parler de son point de vue sans le trahir.  Son approche anticonformiste de la méditation rend tout le « pouvoir » et surtout la responsabilité au méditant. C’est de notre façon de procéder que peut venir l’étincelle, de notre capacité d’attention principalement.

C’est là, tout l’enjeu de la méditation : quand l’esprit est ainsi attentif, le processus d’association de la pensée prend fin naturellement et l’esprit devient tranquille. Une perspective, qui aurait plu à Socrate — accoucher par soi-même de soi-même, mais un travail sur soi qui peut prendre des dizaines d’années (voire plus).

De plus, il faut désapprendre nos modes de fonctionnement mentaux. Ce sont des habitudes tellement ancrées que l’on ne s’en rend même plus compte. Ce n’est pas à l’école que l’on peut apprendre cela, malheureusement : nos profs nous demandent d’être attentif, sans nous expliquer comment faire. Personne ne nous apprend à penser et donc aussi à arrêter de penser ou même à arrêter de ruminer… On pourrait presque dire que sa pratique de la méditation revient à une méditation sur le processus du moi. L’action directe et vive de son opération en nous-mêmes.

Voici, pour être plus concrets, deux approches pratiques proposées par Krishnamurti :

Ces méthodes très simples sont proposées par Krishnamurti dans son livre « Réponses sur l’éducation », afin de faciliter l’entrée dans la méditation. Simplement en observant ses propres pensées…

1. POUR APPRENDRE À MÉDITER, COMMENCEZ PAR OBSERVER COMMENT FONCTIONNE VOTRE ESPRIT, VOTRE MENTAL.

Installez-vous dans une position de méditation, une posture confortable pour vous. Fermez les yeux et observez-les. Pouvez-vous les garder fixe ? L’immobilité des yeux est importante lors de la méditation. Gardez vos yeux complètement immobiles.

Puis observez vos pensées, sans vous y attacher, leur façon de passer de l’une à l’autre. Observez ce que vous pensez de vos pensées, mais n’intervenez pas, ne retenez aucune pensée, laissez-les passer. Observez simplement, ne corrigez rien… laissez aller et entrez dans la méditation.

Faites cet exercice au moment de vous coucher, pendant vos promenades… et vous pourrez entrer dans le commencement de la méditation.

2. PRENEZ UNE POSITION ASSISE, SOYEZ CALME ET TRANQUILLE ET DÉTENDEZ-VOUS.

Puis regardez la nature autour de vous, regardez les arbres, les fleurs, le ciel, la mer, une colline… selon l’endroit où vous vous trouvez.

Observez les couleurs, les formes, les ombres… regardez avec vos yeux, ne pensez pas, observez simplement.

Après avoir bien observé l’extérieur, allez vers l’intérieur… fermez les yeux, comme vous avez observé ce qui se passait à l’extérieur, observez maintenant ce qui se passe en vous. Ne pensez pas, observez simplement. Ici aussi, gardez les yeux immobiles, ils n’ont plus rien à regarder ! Vous avez regardé tout ce qui vous entourait extérieurement, maintenant, voyez ce qui se passe dans votre esprit. Soyez calme….