Steven C. Hayes

Steven C. Hayes  nous propose : 

La défusion cognitive

Professeur de psychologie à l’Université du Nevada. 

Il a été président de l’Association for Behavioral and Cognitive Therapies (ABCT) et de l’Association for Contextual Behavioral Science ; il a recu l’Impact of Science on Application Award de la Society for the Advancement of Behavior Analysis et le Lifetime Achievement Award de l’ABCT. Il a publié plus de 625 articles scientifiques et 44 livres, dont Acceptance and Commitment Therapy (2nd Edition) ; Process-based CBT ; et Evolution and Contextual Behavioral Science. Il a présidé The American Association of Applied and Preventive Psychology (plus de 8 000 membres).

Très actif dans le champ de la recherche en thérapie comportementale, il a développé la théorie du langage humain – Théorie du cadre relationnel – et conjointement la thérapie ACT (Acceptance and Commitment Therapy :  thérapie d’acceptation et d’engagement).

Penser moins pour être heureux

Résumé:

Nous dépensons beaucoup d’énergie pour combattre l’insatisfaction, la peur et la souffrance causées par les obstacles et les épreuves que nous rencontrons. C’est un cercle vicieux : plus nous luttons contre notre souffrance, plus nos problèmes se complexifient. Plus nous ruminons sur ce que devrait être notre vie, plus notre bonheur s’éloigne.

Cet ouvrage nous invite à lâcher prise. Et si, plutôt que de lutter contre notre passé, contre nos peurs et notre douleur, nous vivions avec, et non malgré eux ? Et si nous renoncions à atteindre des objectifs pour identifier réellement nos valeurs ?

Pas à pas, tout au long d’un parcours guidé, enrichi d’exercices et de techniques de mindfulness, Steven C. Hayes nous initie à la thérapie de l’acceptation et de l’engagement, l’ACT. Au fur et à mesure de ses étapes nous serons en mesure d’investir pleinement le présent et de donner à notre existence toute sa richesse et son sens.

****************************************************

1. Qu’est-ce que la psychothérapie d’acceptation et d’engagement ?

La psychothérapie d’acceptation et d’engagement (Acceptance and Commitment Therapy, ACT), développée par le psychologue américain Steven C. Hayes et ses collègues, appartient au courant de la thérapie cognitive et comportementale.

Elle figure parmi les thérapies récentes dites contextuelles, aussi appelées thérapies de troisième vague.

Elle vise à améliorer la flexibilité psychologique, c’est-à-dire la capacité d’être en contact avec les émotions et les pensées du moment présent tout en maintenant ou changeant au besoin son action dans la poursuite de ses objectifs ou de ses valeurs.

La flexibilité psychologique permet par exemple d’accepter de vivre une anxiété qui va de pair avec certaines actions que l’on souhaite accomplir alors que de rechercher l’évitement de cette émotion peut conduire à ne pas pouvoir réaliser ses buts à long terme.

La flexibilité est ainsi décrite comme une capacité d’acceptation et d’engagement. L’acceptation est la volonté de vivre des événements privés non désirables afin de poursuivre ses valeurs et ses buts.

Afin de développer la flexibilité, l’ACT vise à favoriser :

  • le développement d’habiletés pour composer avec les pensées et les sentiments négatifs. Ces habiletés sont dites de pleine conscience (« mindfulness »). Cette dernière est définie comme un état de conscience (être présent), d’attention et d’ouverture à l’expérience du moment présent. Alors que dans plusieurs modèle de coaching et de thérapie, les habiletés de pleine conscience sont enseignées surtout par la méditation, dans l’ACT, la méditation n’est qu’un moyen parmi d’autres. (La « mindfulness » faisait partie du vocabulaire de plusieurs modèles cognitifs du fonctionnement psychologique bien avant que la méditation ne devienne populaire en occident.)

  • la clarification des valeurs, c’est-à-dire ce qui est véritablement important et significatif pour la personne et l’utilisation de cette connaissance pour guider et motiver des changements pour l’amélioration de sa vie.

Six processus cognitifs centraux dans cette démarche sont :

  • Le contact avec le moment présent : être psychologiquement présent (avoir conscience de l’ici et maintenant) avec ouverture, intérêt et réceptivité.

  • La défusion cognitive : apprendre à prendre du recul et se détacher des pensées, des inquiétudes et des souvenirs qui n’aident pas.

  • L’acceptation : permettre aux pensées et émotions négatives d’aller et venir sans lutter contre elles mais sans se laisser submerger.

  • L’observation de soi : pratiquer le recours au soi observateur qui est à distinguer du soi pensant. Les habiletés de pleine conscience reposent sur cette distinction et l’accès au soi observateur peut se développer par la pratique.

  • Les valeurs : découvrir ce qui est le plus important pour soi.

  • L’action engagée : se fixer des objectifs en fonction de ses valeurs et les mettre en œuvre de façon responsable.

Dépendant du contexte, une personne doit être flexible quant à la mesure dans laquelle elle base son action sur les contingences actuelles de la situation ou sur les événements internes (pensées, émotions) qu’ils soient indésirables, désirables ou neutres.

En raison de l’importance du contexte pour déterminer la réaction souhaitable vis-à-vis des émotions et des pensées (telle que la distanciation par exemple) et pour déterminer la pertinence de maintenir ou de modifier des comportements pour la poursuite d’objectifs ou de valeurs, des auteurs estiment que le terme « thérapies cognitives contextuelles » serait préférable au terme « thérapies cognitives de troisième vague » pour désigner des thérapies telles que l’ACT.

2. Qu’est-ce que la flexibilité psychologique

 

  • Plutôt que de viser à changer les événements psychologiques (émotions, pensées…) directement, ces thérapies cherchent à changer la fonction de ces événements et la relation de la personne avec ces derniers.

Du point de vue de l’ACT, une source principale des problèmes psychologiques est la façon dont les événements psychologiques interagissent avec les contingences de l’environnement pour produire une incapacité de persister dans son comportement ou, selon le besoin, de modifier ce dernier, au service des qualités de vie désirées à long terme (valeurs).

Six processus principaux (ou habiletés) sont ciblés pour développer la flexibilité psychologique :

  • L’acceptation

L’acceptation est conçue comme une alternative à l’évitement des expériences intérieures. Elle implique une conscience active de ces événements occasionnés par sa propre histoire, sans tentatives inutiles pour changer leur fréquence ou leur forme. Par exemple, les personnes anxieuses apprennent à ressentir l’anxiété sans défenses ; les personnes souffrant de douleur apprennent des méthodes qui les encouragent à lâcher prise dans leur lutte contre la douleur, etc. L’acceptation n’est pas une fin en soi, mais une méthode pour améliorer l’action basée sur ses valeurs.

  • La défusion cognitive

Les techniques de défusion cognitive visent à modifier les fonctions indésirables des pensées et autres événements privés plutôt que d’essayer de les modifier. Elles consistent à se détacher de ses pensées en les observant sans passion, c’est-à-dire en réduisant leur qualité littérale et la tendance à les traiter comme ce à quoi elles réfèrent (ex. sens littéral “Je ne suis pas bon” ; ce qui est vécu (“j’ai la pensée que je ne suis pas bon“). Le résultat de la défusion est habituellement une diminution de la crédibilité de ces événements privés ou de l’attachement à ces derniers plutôt qu’un changement dans leur fréquence.

  • Être présent

L’ACT favorise le contact continu sans jugement avec les événements psychologiques et environnementaux alors qu’ils se produisent. Le but est d’expérimenter le monde plus directement afin que le comportement soit plus flexible et les actions plus consistantes avec les valeurs. Cet aspect, qui fait partie de plusieurs approches de psychothérapie cognitive dite de 3e vague, a été appelé la pleine conscience.

  • Soi dans le contexte

Alors que le soi s’est développé à travers un large éventail de relations dans lesquelles il adopte une perspective, il constitue un contexte dont les limites ne peuvent être connues par la personne. En considérant le soi comme un contexte, la personne peut être consciente du flux d’expériences sans attachement à celles-ci : la défusion et l’acceptation sont ainsi favorisées.

  • Les valeurs

L’acceptation, la défusion et la pleine conscience du moment présent ne sont pas des fins en elles-mêmes, mais ouvrent la voie à une vie plus consistante avec les valeurs (ce qui est désiré). L’ACT vise à identifier ces valeurs.

  • L’action engagée

L’ACT encourage le développement de patterns de plus en plus larges d’actions efficaces liées aux valeurs choisies. À cet égard, l’ACT ressemble beaucoup à la thérapie comportementale traditionnelle (exposition, acquisition d’habiletés, établissement d’objectifs…). Contrairement aux valeurs, qui sont constamment instanciées, mais jamais atteintes, les buts concrets qui sont cohérents avec des valeurs peuvent être atteints. Les protocoles d’ACT impliquent presque toujours un travail lié à des buts de changements comportementaux à court, moyen et long termes. Les efforts de changement de comportements conduisent au contact avec des barrières psychologiques qui sont travaillées à travers les autres processus (acceptation, défusion…).

error: