Tomber amoureux de la conscience pure

Extraits de « La Voie directe : s’identifier à la conscience pure» de Greg Goode

Pages 11 – 12
Beaucoup de gens n’ont jamais entendu parler de cet enseignement – s’identifier à la conscience pure.
Mais parmi ceux qui découvrent les enseignements non-dualistes, beaucoup tombent amoureux de la conscience pure, ce qui est une autre façon de s’identifier à elle.

Quand on l’aime, il y a toujours une réponse ; c’est toujours un amour partagé.
La façon dont elle répond à cet appel d’amour fait de vous et du monde la conscience pure.

Voici quelques signes indiquant que l’on est en train de tomber amoureux de la conscience pure :

– on a soif de s’immerger pleinement en elle
– on éprouve davantage d’intérêt pour elle que pour les objets qui apparaissent à elle
– on sent qu’on la comprend intellectuellement mais qu’il ne faut pas s’arrêter là
– on ressent une tendresse qui provient directement de la conscience pure,
et une intuition qu’il y a davantage
– on se demande pourquoi cette tendresse apparaît et disparaît
– on se demande : « si la conscience pure est l’essence de toutes choses,
pourquoi semble-t-il y avoir des choses autre que la conscience pure ? »

Tomber amoureux de la conscience pure consiste à être mû par la curiosité, l’aspiration ardente, la tendresse.
La conscience pure répond toujours à cet amour. La réponse est une expérience plus large, plus globale de la conscience pure, en tant que conscience pure. La curiosité et l’aspiration sont satisfaites, la tendresse se répand, et l’on commence à ressentir en tant que conscience pure des choses qui semblaient jusqu’alors autres que la conscience pure. La tendresse se répand jusqu’au moment où vous finissez par ressentir que vous et le monde sont une conscience unique non divisée.

Quand on tombe amoureux de la conscience pure, on désire s’en approcher.
Les enseignements de la voie directe mettent l’accent sur une voie d’approche investigatrice, exploratrice, de la conscience pure.
Parce que même après avoir entendu ces enseignements, beaucoup de gens ont l’impression qu’il y a un loin et un près, ou une différence entre la conscience pure et quelque chose autre que la conscience pure.
Mû par l’amour de la conscience pure, on examine cette différence supposée.
Cette investigation est comme une chasse au trésor où l’on a pour indice la tendresse que l’on pressent à mesure que l’on approche.
Trouver le trésor, c’est trouver qu’il n’y a pas de différence, qu’il n’y a rien qui soit autre que la conscience pure.